L’upcycling, l’art du détournement ou l’économie circulaire. - Rénovation Décoration d'Intérieurs

L’upcycling, l’art du détournement ou l’économie circulaire.

L’upcycling, l’art du détournement ou l’économie circulaire.

J’ai voulu rédiger cet article suite à un projet de décoration et d’aménagement pour une cliente qui a acheté un appartement contemporain. Elle passait de la douceur d’une petite maison de campagne à une architecture cubique. Il nous fallait trouver une solution pour que la transition se fasse en douceur. La difficulté de ma cliente était de se séparer de certaines pièces qui étaient dans la famille depuis 2 générations.

Changer son intérieur peut avoir des répercussions sur sa vie, cela semble incongru de prime abord, et pourtant, cela a un réel impact. Certains objets sont liés à des souvenirs ou des êtres qui nous ont accompagnés dans des moments forts de notre vie. Que faire de ces meubles, bibelots et ustensiles dont nous ne voulons pas nous séparer alors que nous savons qu’ils feront piètre figure à côté de notre nouveau canapé hyper tendance. Quel dilemme !

Il y a pourtant une solution, le « upcycling ». J’ai rencontré Catherine Bille « 4 in déco »  , créatrice en art fonctionnel   avec qui nous allons découvrir l’univers particulier de ce mouvement où rien ne se perd.

Catherine Bille 02

Catherine Bille pour « 4 in déco »

 

Qu’est ce que le « upcycling » ?

La devise du upcycling, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». En somme, il s’agit de récupérer du mobilier ancien, des objets usagés, des matériaux de récupération et de leur donner une seconde vie, une nouvelle valeur. C’est la citrouille qui se transforme en carrosse.

« Les objets racontent une histoire,  nous, artistes récupérateurs,  leur donnons une nouvelle identité. C’est une éloge de la vie qui passe et que l’on aime pour ce qu’elle a été. C’est tout le charme d’un paysage d’objets chargé d’âme. »

Comment décide t-on de devenir une artiste en art du fonctionnel ?

Pour ma part, aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours débrouillée avec ce que j’ai. Je crois fermement que lorsque l’on est dans le confort, on s’ennuie. J’aime la sensualité des matières au touché, ce serait à refaire, je choisirais des études d’ébéniste designer. A l’époque, je n’ai pas eu la possibilité de le faire. Alors, je me suis intéressée aux petits riens de riens du quotidien. Je me suis mise à sublimer et revaloriser tout ce qui me tombait sous la main.

Que dirais-tu de ta personnalité ?

Tout d’abord, j’ai sept prénoms . Un prénom par jour, une personnalité par jour. Lorsque vous entrez dans la vie avec un tel bagage, vous ne pouvez pas écrire votre histoire de manière banale. Ceci expliquant cela, je suis en contraste permanenent, j’aime autant la campagne que la ville, me nourrissant à tour de rôle de la richesse de chacune

Quel est ton parcours professionnel ?

Autodidacte, mon parcours professionnel est dans la même lignée. Secrétaire dans un home pour handicapé, ensuite, chez un marbrier où je ponçais des cheminées entre courriers et paperasses. Je me suis formée à l’école de la vie, j’y ai acquis mon expérience en peinture et enduits décoratifs.

Qu’as-tu fait comme formation ?

Soudure, finition bois, enduit, pose papier peint. Pour le reste, j’ai toujours adoré le bricolage et c’est en arpentant les rayonnages des magasins spécialisés , en glanant un tas d’informations dans les livres. Je suis curieuse de tout.

Qu’est ce qui est intéressant dans l’upcycling ?

Déjà, du point de vue écologique, c’est une idée intéressante, C’est ce que l’on appelle l’économie circulaire. Tout y passe. Tout ce qui finit en décharge retrouve un second souffle, les bics, les stylos, la vaisselle. Un grille pain devient lampe, les capsules se réveillent en bijoux, les vielles fringues se tissent en tapis.

Quelle économie ! Il y a aussi cette prise de contact avec les matériaux, défaire avant de refaire, c’est faire l’autopsie d’un objet.

upcycling

Luminaire « 4 in déco »

Est-ce un art connu ?

L’upcycling existe depuis toujours, cela va du petit africain qui confectionne une voiture avec une boîte de coca cola, au marin qui sculpte une poupée avec du bois flotté. Le terme à été donné dans les années 1990 par Reiner Pilz. Aujourd’hui, il y a différents plasticiens connus tels que le Belge  Olivier Deruyttere avec sa gamme de mobilier « raymonde » qui exposera ses œuvres à l’exposition universelle de Milan ou le Hollandais Piet Hein Eek. C’est plus qu’un art, c’est une philosophie de vie, c’est la protection de notre planète, C’est le respect de la vie.

Pourquoi les gens font-ils appel à toi ?

Parce qu’ils ont un coup de cœur pour une de mes créations qui sont des pièces uniques ou de petites séries. Parfois, il s’agit d’une demande à partir de leur propre objet, je vais chercher à connaitre leur histoire et celui de l’objet avant de le transformer en ce qui leur ressemble… Un objet unique pour une personne unique.  J’aime que les gens qui font appel à moi réveillent leur propre créativité  et c’est ensemble et sous mon impulsion que objets chinés, appliques baroques et vieux fauteuils se parent de magie nouvelle et semblent réanimés.

Y-a-t-il un réel marché à développer ?

Non seulement, il y a un marché à développer, mais en plus, il y a une réelle nécessité de recycler proprement nos déchets. Les designers l’ont bien compris et de plus en plus de mouvements tels que l’eco design ou le slow design naissent, privilégiant le bien être, le respect de la nature et des hommes. Mes clients sont pour la plupart, des personnes conscientes de leur responsabilité envers l’environnement , mais aussi, soucieuses de faire des économies.

Création "4 in déco" Catherine Bill

Cerceaux lumineux « 4 in déco »

Quel lien peut-on faire avec la décoration d’intérieur ?

La décoration d’intérieur tout comme l’architecture et le design sont des terrains riches a exploiter dans le domaine. Opter pour un espace de vie nature, basé sur le respect de l’environnement et le développement durable est une belle manière de lutter contre la production globalisante.

C’est l’alliance de l’écologie, du design et de la modernité.

Auparavant, les personnes achetaient du mobilier lorsqu’ils se mariaient et c’était pour la vie. Ensuite, nous sommes passés à l’ère de la surconsommation en tout genre. Elle disparaît et c’est tant mieux. A l’heure actuelle, les individus réfléchissent avant d’acheter un objet qui finalement ne leur servira peut être pas. Nous entrons dans une période intermédiaire.  Un compromis entre la mémoire de l’histoire et l’éphémère jetable. Et c’est là je crois que l’upcycling a principalement toute sa place dans le domaine de la décoration. C’est un mode de vie qui devient une nécessité, de par son côté écologique (recyclage), sentimental (attachement à son objet) et de par le plaisir qu’il procure en le recréant.

Si vous souhaitez développer certains points en détails, je vous invite à poser vos questions.

 

A propos de Dominique Gringoire

L’espace, le concept, la décoration, la mise en scène d’intérieur sont les domaines dans lesquels j’exerce ma créativité. Dans mes réalisations, j’ose les contrastes et le mix de style, je compose joyeusement entre couleurs, matières et formes ; mais je peux aussi être à l’aise dans un style monochrome, épuré, minimaliste

2 réponses à L’upcycling, l’art du détournement ou l’économie circulaire.

  1. Je ne connaissais pas le upcycling, dans tout les cas merci du blog et des infos !

    • Bonjour,
      Désolée de répondre si tard, j’avais répondu via mon smartphone mais apparemment, ce n’est pas passé. Donc merci de votre intérêt, l’économie circulaire est un sujet passionnant que nous incluons de plus en plus en architecture et en décoration. Que ce soit dans la réalisation de mobilier, cuisine ou accessoires.
      Je suis ravie de votre réaction.
      Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*